Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chat de Phoebe




Les textes et les photos étant ma propriété, si vous souhaitez vous en servir, je vous remercie de m'en demander l'autorisation.



en passant ...


pour me joindre :
catherin1972@gmail.com

Un jour tu me demanderas si je préfère ma vie à toi ... je te répondrai ma vie ... et tu me quitteras sans savoir que ma vie c'est toi!

 



Prenons nos responsabilités !!!

Cliquez sur ma bannière !

 

 

Incognito rédige la gazette de nos blogs ICI


 

Le blog des Bundy en Guyane

Archives

4 août 2007 6 04 /08 /août /2007 00:00
B00004RCOC.02.LZZZZZZZ.jpg
Le film :
Anaïs est mariée à Hugo, quand celui-ci lui présente le très sulfureux et impubliable Henry Miller. Celui-ci est marié à l'incroyable June, une actrice dont émane une sexualité incroyable. Elle est mythomane, égocentrique, narcissique, elle est !
Très vite Anaïs et Henry deviennent amants. Le sexe se mêle au travail de l'écriture. Anaïs en quête de son soi, en quête de nouvelles expériences, de nouvelles sensations va vivre avec Miller une relation exceptionnelle d'érotisme de déchirure, de souffrance, mais toujours l'un pour l'autre ... à jamais.


Ce que j'en ai pensé :

1804-Henry-and-June-383.jpg
Je ne sais si j'aurais choisi Uma Thruman, pour incarner June. Je suis entrain de lire Sexus, de Miller, dont l'héroïne, Mona, n'est autre que la vision de Miller sur June.
Uma est incroyable de sexualité, de violence aussi dans ce film. Je parle de violence intérieure. Elle a un regard plein de défit. Elle incarne la June que Anaïs Nin dépeint dans Inceste, mais pas celle que montre Miller dans Sexus hormis la sérieuse tendance à la mythomanie (livre qui racontre sa renconte avec June). 
Fred Ward interprête parfaitement l'idée que j'ai de Miller. Un tantinet provocateur, à la limite du cynisme parfois, et qui malgré un physique banal, montre une animalité sexuelle qui ne pouvait que subjuguer la délicate Anaïs.
Maria de Medeiros incarne Anaïs. Une incroyable ressemblance physique. J'ai aimé l'accent (Anaïs et Hugo habitent en France, mais Anaïs a vécu à New York, d'où son léger accent). J'émets quelques réserves sur l'interprétation, que j'ai trouvé parfois carricaturale. Bien sûr, je n'imagine pas une Anaïs autre que douce, curieuse, aimante, amante ... mais parfois, le jeu est trop poussé pour rendre le réel. Bien sûr qu'Anaïs buvait les paroles de Miller, qu'il la fascinait, mais ce que moi, j'ai trouvé chez Nin, c'est son incroyable lucidité sur elle, sur ceux qui l'entourent ... et la manière de montrer sa fascination, la faisait paraître naïve, à la limite nunuche (le terme est un peu fort, soit). Je ne crois pas que Nin était naïve. A la recherche de nouvelles expérience, OUI. A la recherche d'elle-même, OUI. Mais naïve, NON.
C'est un bémol que je mettrais sur l'interprétation. Le seul d'ailleurs !

Je ne suis pas certaine que si l'on ne connaît pas un minimum l'histoire de ces deux écrivains, leur histoire individuelle et commune, on saisisse bien ce qui les liait si étroitement, ce besoin l'un de l'autre.
Anaïs a souvent quitté Miller, mais ils ne pouvaient se passer l'un de l'autre.



Merci à Jean Yves, de m'avoir offert ce film.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Muad' Dib 04/08/2007 10:08

Coucou Cat, je crois savoir qu'il y a un Monsieur Chat à Nantes ...Je vais essayer de le trouver pour toi.Bonne journée,

Simplement Cat 04/08/2007 10:17

magnifique image Muad' :Dmerci pour monsieur CHat :Dj'en ai trouvé deux autres ... et j'en ai repéré deux autres :Dbientot ici ;)bonne journée :D

Jean-Yves 04/08/2007 08:27

Je trouve intéressant ton commentaire sur ce film par rapport à tes lectures de Nin et de Miller... et sans doute par rapport à ton propre vécu, tes attentes personnelles...

Simplement Cat 04/08/2007 08:42

oui, en regardant ce film, je n'étais pas "vierge" d'images sur eux ... tu sais combien Anaïs me touche ... combien j'ai pu / je peux comprendre cette quête de soi qui se fait d'expérience, de découverte de la vie, et que cela passe forcément par le sexe, l'érotisme ... parce que cela fait parti intégrante de la vie, et que ce n'est pas quelque chose à côté réservé seulement à certaines personnes qui osent ...je finis sexus de Miller ... et j'ai à lire leur correspondance passionnée, ainsi que venus érotica, et érotica II de Nin ...je ne dirais pas que Nin me fascine ... je dirais qu'elle m'éclaire sur moi ...bisous et encore merci pour le cadeau ;)

Articles Récents