Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chat de Phoebe




Les textes et les photos étant ma propriété, si vous souhaitez vous en servir, je vous remercie de m'en demander l'autorisation.



en passant ...


pour me joindre :
catherin1972@gmail.com

Un jour tu me demanderas si je préfère ma vie à toi ... je te répondrai ma vie ... et tu me quitteras sans savoir que ma vie c'est toi!

 



Prenons nos responsabilités !!!

Cliquez sur ma bannière !

 

 

Incognito rédige la gazette de nos blogs ICI


 

Le blog des Bundy en Guyane

Archives

30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 21:57

Première partie.

Je ne ferais aucune interprétation sur ce que je lis. Je dirais juste que Nietzsche met des mots sur ce que je peux ressentir ... et que ce qu'il dit me parle, et me touche.
Je ne vais pas faire un seul article pour ce livre. Je vais mettre les citations partie par partie.


- Créer des valeurs nouvelles - le lion même ne le peut pas encore : mais se rendre libre pour la création nouvelle - c'est ce que peut faire la puissance du lion.
Se faire libre, opposer une divine négation, même au devoir : telle, mes frères, est la tâche où il est besoin du lion.

Conquérir le droit de créer des valeurs nouvelles - c'est la plus terrible conquête pour un esprit patient et respectueux. En vérité c'est là un acte féroce, pour lui, et le fait d'une bête de proie.


- L'enfant est innocence et oubli, un renouveau et un jeu, une roue qui roule sur elle-même, un premier mouvement, une sainte affirmation.


- L'esprit veut maintenant sa propre volonté, celui qui a perdu le monde veut gagner son propre monde.

- Maintenant je comprends ce que jadis on cherchait avant tout, lorsque l'on cherchait des maîtres de la vertu. C'est un bon sommeil que l'on cherchait, et des vertus couronnées de pavots !

- Celui qu'enveloppe la flamme de la jalousie, pareil au scorpion, finit par tourner contre lui-même le dard empoisonné.

- Il y a toujours un peu de folie dans l'amour. Mais il y a toujours un peu de raison dans la folie.

- Où cesse la solitude commence la place publique ; et où commence la place publique commence aussi le bruit des grands comédiens et le bourdonnement des mouches venimeuses.

- En vérité, les hommes se donnèrent eux-mêmes leur bien et leur mal. En vérité, ils ne les prirent point, ils ne les trouvèrent point, ils ne les écoutèrent point comme une voix descendue du ciel.
C'et l'homme qui mit des valeurs dans les choses, afin de se conserver, - c'est lui qui créa le sens des choses, un sens humain ! C'est pourquoi il s'appelle "homme", c'est-à-dire celui qui évalue.
Evaluer, c'est créer : écoutez donc, vous qui êtes créateurs ! C'est leur évaluation qui fait des trésors et des joyaux de toutes choses évaluées.
C'est par l'évaluation que se fixe la valeur : sans l'évaluation, la noix de l'existence serait creuse. Ecoutez donc, vous qui êtes créateurs !
Les valeurs changent lorsque le créateur se transforme. Celui qui doit créer détruit toujours.

- Vous ne savez ps vous supporter vous-mêmes, et vous ne vous aimez pas assez : c'est pourquoi vous voudriez séduire votre prochain par votre amour et vous dorer de son erreur.

- Tu obliges beaucoup de gens à changer d'avis sur toi ; voilà pourquoi ils t'en voudront toujours. Tu t'es approché d'eux et tu as passé : c'est ce qu'ils ne te pardonneront jamais.
Tu les dépasses : mais plus tu t'élèves, plus tu parais petit aus yeux des envieux. Mais celui qui plane dans les airs est celui que l'on déteste le plus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Flo 01/12/2006 00:06

Un super bouquin qui m'a fait renouer avec la philosophie. J'imaginais ca rébarbatif, illisible (je me souvenais de Kant en terminale). En plus d'être intéressant et intellectuellement épanouissant, c'est même facile à lire .... Un vrai bonheur.Bon, c'est sur que ca fait quand même deux ans que je l'ai commencé, et que j'y ai pas touché depuis un certain temps, mais il est là, jamais loin, à lire entre deux bouquins (ou pendant).Bonne soirée, bonne nuit.

Cat 01/12/2006 10:35

oui, j'ai eu aussi un peu peru, un bon morceau mais j'ai vraiment apprécié

Michka :0010: 27/11/2006 18:16

un com c'est bon pour ton BR, petit padawan! :0010: et un bisou pour le moral!

Cat 27/11/2006 20:06

-8 -8 -8

Jean-Yves 04/11/2006 09:26

« L'enfant est innocence et oubli, un renouveau et un jeu, une roue qui roule sur elle-même, un premier mouvement, une sainte affirmation. »
Je ne me retrouve pas dans cette approche de l’enfant : pas plus d’innocence que d’oubli. J’ai, c’est au moins le souvenir que j’en ai, toujours su ce que je faisais, particulièrement dans mes moments les plus « graves » (j’insiste sur les guillemets : la gravité, je ne la perçois plus de la même façon). Mon enfance n’a pas été une roue qui tournait sur elle-même : elle avançait en mémorisant toutes les difficultés rencontrées et avec elles la peur de l’avenir. Alors une sainte affirmation ? Oh ! Que non !
« Maintenant je comprends ce que jadis on cherchait avant tout, lorsque l'on cherchait des maîtres de la vertu. C'est un bon sommeil que l'on cherchait, et des vertus couronnées de pavots ! »
Même si je ne me retrouve pas dans ce « on », je crois que cette affirmation doit pouvoir se vérifier souvent chez nos compatriotes qui se disent vertueux.
« Où cesse la solitude commence la place publique ; et où commence la place publique commence aussi le bruit des grands comédiens et le bourdonnement des mouches venimeuses. »
J’ai toujours pensé que la solitude (une part de solitude) était nécessaire pour ne pas se laisser embarquer dans le vaisseau des grands commérages.
« Vous ne savez pas vous supporter vous-mêmes, et vous ne vous aimez pas assez : c'est pourquoi vous voudriez séduire votre prochain par votre amour et vous dorer de son erreur. »
« Tu obliges beaucoup de gens à changer d'avis sur toi ; voilà pourquoi ils t'en voudront toujours. Tu t'es approché d'eux et tu as passé : c'est ce qu'ils ne te pardonneront jamais. Tu les dépasses : mais plus tu t'élèves, plus tu parais petit aux yeux des envieux. Mais celui qui plane dans les airs est celui que l'on déteste le plus. »
Je regroupe ces deux citations car – pour moi – elles se complètent. Il faut effectivement s’arrêter de vouloir connaître ce que les autres pensent de nous. C’est une course sans fin qui épuise toute notre vitalité humaine : comme on ne peut jamais être sûr de ce que l’Autre pense de nous, on peut en arriver à un sentiment de complaisance vis à vis de cet Autre… « se dorer de ses erreurs ».

Cat 04/11/2006 09:57

c'est bien pour ça que je n'ai fait aucun commentaire sur cette première partie et que je n'y ai mis que les citations qui me parlaient.Il est intéressant, grâce à toi, de voir que ce qui évoque des "choses" pour moi, n'en évoque pas pour toi ...
je vais reprendre une phrase de Laurent (il adore les citations) ... ce ne sont pas les différences qui éloignent les gens, ce sont leur connerie ...je suis bien d'accord, les différences peuvent aussi créer des liens car elles ouvrent des horizons, elles font sortir de son nombril ...
Pour l'enfance, si tu prends ta prime enfance, tu n'en as pas de souvenir ... mon premier souvenir est mon premier jour d'école, j'avais un peu plus de deux ans ... quelques semaines avant mon troisième anniversaire, mon frère est né, et je me souviens parfaitement de lui a la maternité, je trouvais qu'il ressemblait à un lapin mort qu'on avait dépouillé de sa peau ... il était violet et maigre ... et il avait les yeux fermés ... je me souviens d'avoir pensé qu'il était comme les bébés chats ... il ouvrirait les yeux un peu plus tard ... certaines images s'impriment dans notre cerveau ... je pense avoir traverser la vie avec innocence dans mon enfance ... toujours avec innocence plus tard, en étant bien consciente de ce qu'est l'humain ...
j'ai mis les citations dans l'ordre où elles apparaissent dans le livre.

nwman 02/11/2006 20:41

J'adore la dernière phrase, enfin ...  elle me parle quoi ! Vachement d'ailleurs.
Mais y'a planer et planer. Il faut que ce soit pour ne pas en souffrir.

Cat 02/11/2006 21:00

oui moi aussi elle m'a parlé .. à un point ...

damien 02/11/2006 13:58

Merci pour ton soutien hallucinant Cat, prends mon adr @, a l'occase....pour l'heure je devrais quitter Lille d'ici peu et m'exiler loin de toute cette agitation qui sévit dans ma tête! dverhee@laposte.net 

Cat 02/11/2006 14:38

mon soutien, c'est juste parce que je sais vraiment combien la vie est précieuse et que c'est la chose la plus précieuse que l'on a ... que notre vie n'a pas de prix ... et que personne ne doit mourir pour quelqu'un, que personne ne vaut que l'on meurt d'amour pour lui ...j'ai ton adresse ;) ...tu as raison, pars, aère toi ... réfléchi et pose toi les bonnes questions ... tu as beaucoup de choses à vivre ... et avec des gens qui veulent les vivre avec toi ...0 bientot

Articles Récents