Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chat de Phoebe




Les textes et les photos étant ma propriété, si vous souhaitez vous en servir, je vous remercie de m'en demander l'autorisation.



en passant ...


pour me joindre :
catherin1972@gmail.com

Un jour tu me demanderas si je préfère ma vie à toi ... je te répondrai ma vie ... et tu me quitteras sans savoir que ma vie c'est toi!

 



Prenons nos responsabilités !!!

Cliquez sur ma bannière !

 

 

Incognito rédige la gazette de nos blogs ICI


 

Le blog des Bundy en Guyane

Archives

17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 00:23


Le livre :
Trois personnages. Le professeur. Daniel. Marina. Chacun dans une tranche d'âge différente. Daniel, thésard, couche avec Marina. Il choisit chaque année une étudiante de dernière année. Leur histoire dure le temps de l'année scolaire. Il travaille avec le Professeur.
La guerre fait rage. Daniel habite chez le Professeur. Marina va les rejoindre lorsque le campus sera bombardé. Elle a froid. Elle a faim. Elle est obsédée par le froid. Tout a été brûlé chez le professeur, sauf deux chaises, les lits et les livres. Marina rêve de brûler les livres pour se réchauffer.


Ce que j'en ai pensé :
Il s'agit d'une pièce de théâtre. Un huis clos. Trois personnages. Des besoins différents. La guerre oblige à faire des choix.
Que représente le livre chez l'humain ? Comment notre instinct de survie nous pousse à faire des choses ? Quel livre mérite de ne pas brûler pour nous réchauffer ?
Qu'est-ce qui nous différencie réellement des animaux ? les livres.
Marina a froid, elle va jusqu'à coucher avec le Professeur, pour un peu de chaleur. Sans amour. Juste pour un peu de chaleur humaine. Nothomb pose là, la question toute humaine, jusqu'où sommes nous prêt à aller par instinct de survie. Nos corps ne sont que des corps. Du moment que nous n'y perdons pas notre âme. Le livre est la survie de Marina. Il lui apporte la chaleur, parce que c'est un combustible. Il reste dix livres. Un pour elle ne doit pas être brûlé Le bal de l'observatoire. Quand le professeur le brûlera, elle choisira d'aller sur la grande place pour s'y faire tuer. Un suicide par procuration. Daniel, ne voulant pas la perdre, s'y fera tuer. Et le professeur, quand il aura brulé les deux chaises, ira à son tour.
Et si le livre était au final, notre seul véritable différenciation de l'animal. Puisqu'il est la preuve que l'on invente des histoires qui n'existe pas. Des idées qui n'existent pas (les idées sont du vent, pas des réalités matérielles) ...
Un livre troublant. Ne pas se fier à son apparente simplicité. Le livre est beaucoup moins léger qu'il n'y parait. C'est souvent le cas chez Nothomb. Derrière le sarcasme, l'ironie se cache l'humain ...


Citations :

- Elle a ce genre de beauté pathétique qui resplendit dans l'impertinence.

- Eduquer un lecteur ! Comme si on éduquait un lecteur ! Vous n'êtes plus assez jeune pour proférer de pareilles bêtises. Les gens sont les mêmes dans la lecture que dans la vie : égoïste, avides de plaisir et inéducables. Il n'appartient pas à l'écrivain de se lamenter sur la médiocrité de ses lecteurs mais de les prendre tels qu'ils sont. S'il (Daniel) s'imagine qu'il va pouvoir les changer - s'il peut encore, malgré la guerre, s'imaginer une chose pareille -, eh bien, c'est lui qui est un romantique imbécile, et non celui qui aime lire Blatek.

- Et voici comment profiter tout seul d'une bonne flambée ! (soupir de bien-être) Ils commençaient à devenir agaçants, ces deux petits jeunes. (il ferme la porte du poële) Après, j'aurais encore une chaise à brûler (il parle lentement, comme s'il économisait ses paroles autant que le combustible), puis l'autre, et enfin, quand il n'y aura vraiment plus rien, plus aucun combustible (il lève les yeux avec un sourire béat), j'irai retrouver leurs deux cadavres sur la grand-place et je me promènerai, moi aussi, le temps qu'il faudra.






Partager cet article

Repost 0

commentaires

Systool 17/12/2006 20:40

Tu as cité Antéchrista, Cat... il reprend cette éternelle image (chez Nothomb) de la beauté et de la laideur... comme Attentat ou Hygiène de l'Assassin, un autre excellent bouquin de Nothomb, d'ailleurs

Cat 17/12/2006 22:57

voui, c'est celui que j'ai préféré...Bisous

bagheera 17/12/2006 17:51

j'ai oublié de preciser que justement, moi c'est celui que j'ai préféré d'amelie nothomb & le 1er d'elle que j'ai lu aussi, en 1998, pk le rapport aux livres, la guerre autour d'eux, la notion d'urgence... j'ai trouvé l"idée de base extremement originale. Depuis Nothomb est helas un peu tombée dans une parodie de son oeuvre, j'aime moins.

Cat 17/12/2006 22:57

ben euh, le premier que j'ai lu, c'est métaphysique des tubes ...

Systool 17/12/2006 16:00

j'avais bien aimé LES COMBUSTIBLES de Nothomb, même si mes préférés restent les Catilinaires ou Attentat... je trouve qu'elle s'est essoufflé ces dernières années et que malgré le buzz qui se fait autour de Nothomb, elle ne semble pas avoir grand chose de neuf à proposer...SysT

Cat 17/12/2006 17:27

n'ayant pas tout lu ;-) je n'ai pas d'opinion, mais je sais que tout n'est pas égale ... et ne peut pas l'être ... disons que un livre par rentrée ... il vaut peut-être mieux écrire quand on a dire ... Chalut Doc'

bagheera 17/12/2006 14:00

livre superbe, dialogue incisif, ce court roman m'avait été conseillé par un prof d'une université quebequoise qui avait lu l'un de mes manuscrits. L'anecdote te fera surement sourire, vu ton gout du canada ! :D

Cat 17/12/2006 17:26

il m'a troublée, mais ce n'est pas celui que je préfère ... ;-)

Sieglind la dragonne 17/12/2006 12:49

Fistonne étant dans sa période Nothomb, je pense qu'elle a dû y jeter un oeil... faut que je vois si elle l'a du coup (économie, économie hé, hé)Bises et bon dimanche Cat

Cat 17/12/2006 17:26

morte de rirebisous et bonne fin de journée :D

Articles Récents