Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chat de Phoebe




Les textes et les photos étant ma propriété, si vous souhaitez vous en servir, je vous remercie de m'en demander l'autorisation.



en passant ...


pour me joindre :
catherin1972@gmail.com

Un jour tu me demanderas si je préfère ma vie à toi ... je te répondrai ma vie ... et tu me quitteras sans savoir que ma vie c'est toi!

 



Prenons nos responsabilités !!!

Cliquez sur ma bannière !

 

 

Incognito rédige la gazette de nos blogs ICI


 

Le blog des Bundy en Guyane

Archives

16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 00:47
Tout a commencé avec CA : I Have a dream ...

Je me suis posé beaucoup de questions (pour changer) à propos de ce rêve (oui, Kéline, je l'appelle rêve maintenant) ...

En ce moment, je me sens coincée dans ma vie (comme la barque) ... pas que je fasse du surface, mais plutot que les quatre derniers mois ont été intense dans ma vie. J'ai pris tout ça à bras le corps. J'ai réagi, mais pas comme avant. Je ne me suis pas laissée faire, je ne me suis pas tue. J'ai agi. Je suis passée de passive à active. C'est nouveau pour moi.

C'est nouveau parce que je suis libre de mes actes quand mes actes ne concernent que moi. Mais dès qu'une personne entre en jeux, je me bride. Je me pose des limites. Il n'y a qu'avec peu de personnes dans mon entourage où je ne me bride pas. Je suis dans le contrôle. Dès que j'entame une relation amicale ou autre, je ne peux m'empêcher de penser aux conséquences, j'ai toujours peur d'avoir trop dit, ce qui fait que je ne dis pas toujours assez, j'ai toujours peur d'être trop brutal dans mes mots (ce que je suis, et ce qui est mal perçu souvent) parce que je dis, et je ne veux pas utiliser de langue de bois.

J'ai beaucoup changé. La vie m'a mise face à des choses qui m'ont bousculée petit à petit. Doucement. Puis comme je n'arrivais pas à voir, à comprendre, sans doute aussi parce que je n'étais pas prête. La vie m'a mise face à ma propre mort. Je crois, j'en suis sûre même que tout a vraiment basculé pour moi, ce jour-là. Je devais m'arrêter. Je devais arrêter ma vie là, cette vie-là en tout cas. Je l'ai fait. Je me suis mise en suspens. En jachère. Je ne saurais dire ce que j'ai fait pendant un an où j'ai cessé toute activité. J'ai aussi cessé tout le côté social obligé. J'ai gardé mes amis. Non, ce sont eux qui m'ont gardé. Et j'ai fait le vide autour de moi. Petit à petit. J'ai éloigné, viré ce qui ne me convenait pas. Quelqu'un m'a rencontré. Et j'ai fini par me rencontrer. Par accepter de me rencontrer. Rien n'a été simple. Je me suis battue, j'ai eu peur, j'ai passé de sales moments. Et j'ai fini par me prendre toute entière. Moi. Avec mon côté petite fille. Et mon côté femme. Pas besoin de choisir. J'ai le droit d'être les deux. Les deux vont bien ensemble, dans moi, avec moi ... on est bien ensemble. Aujourd'hui je vais bien, dans mes paradoxes, je les aime.

J'ai dû être prête aussi, puisque j'ai repris un emploi, au bout de vingt mois de chômage. Je n'ai pas repris une vie sociale pour autant. J'étais apeurée. J'ai repris une vie sociale réelle, en rencontrant Marie, il y a un an. Et la vie a repris son cour. Différemment. Mais je suis sortie de mon stand by. J'avais remis la machine en route différemment.


à suivre ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Yves 20/01/2007 11:04

Quand on fait (ou à mon avis, quand on croit faire) du « surplace », pour reprendre l’expression que tu utilises, c’est qu’on en a un besoin vital : on ne peut vivre en étant continuellement dans une attitude de changement. L’action laisse souvent peu de place à la réflexion, à un retour sur soi, sur ce que l’on vit, sur ce que l’on ressent.
Je crois que tu avances en ce moment autant dans ton surplace (que tu interroges d’ailleurs intelligemment), que si tu te jetais tête baissée dans des projets divers. Tu écoutes tes besoins divers et variés. Tu saisis leurs complémentarités et leurs paradoxes.
Ce n’est pas la route du bonheur béat que tu as choisie mais je crois deviner qu’elle ne te conviendrait pas…
Une vie où tout serait acquis définitivement te rendrait-elle heureuse, sereine ?

Cat 20/01/2007 12:35

disons que je me suis retournée ... et j'ai eu besoin de m'arrêter ... de reprendre mon souffle ...oui, tu as raison, aujourd'hui, je m'écoute moi ... non je n'ai pas choisi de vivre tranquillement, bêtement je dirais même ...et tu sais bien qu'un acquis définitif me fanerait, m'ennuierait ... et donc ne me rendrait pas heureuse, ni sereine ...

Midori 17/01/2007 11:56

Je sais ce que tu ressent , je viens tout juste de traverser cette phase. aujourd'hui , je sais qui je suis ,ce que je veux   et ou je vais. Là ; pour l'instant je cherche du travail , ce qui était impossible à faire pour moi il y a encore deux  mois . Je sens que cette année il vas y avoir du grand chambardement dans ma vie , n'en déplaisent à certains !
Et si certaines personnes , ne veulent pas suivre , tant pis pour elles , je ne m'apesentirait pas sur leur sort, je l'ai déjà trop fait... .
Un gros bisous a toi , et plein de bonne chose dans ta nouvelle vie.

Cat 17/01/2007 13:43

je ne sais pas ce que va être ma vie ... je sais qu'aujourd'hui, ma capacité à accepter des choses s'est réduite ... je  refuse d'être un paillasson ... je refuse ... rha c'est donc une réalité ... je suis une réfractaire dans mes chairs et dans mon âme ...j'ai toujours vécu comme je l'entendais ... humainement parlant ... mais dès qu'une autre personne entre en jeu ... je ne peux m'empêcher d'en tenir compte et à mes dépends ... bisous

:0049: Laurélyne 16/01/2007 21:32

Cat 16/01/2007 23:25

bisous et bonne nuit :

kéline 16/01/2007 19:52

tu sais le tout c'est de s'aimer en dépit de toutes les blessures et de ce passé qui parfois ne nous l'a pas permis , trop préoccupés que l'on peut l'être par le mal  être de ceux qui nous entouraient quand nous étons sans défense. Là, cat, tu es franchement sur la voie de l'amour de soi, la seule qui compte vraiment dans cette courte étincelle de vie qui est la notre; La seule qui permette vraiment d'aller vers les autres avec amour et compassion. Tu as choisi résolument cette voie avec beaucoup de détermination . Les doutes accompagnent tous les chemins qui mènent vers soi, les doutes ne sont pas encombrants, les obstacles, les angoisses ( la liberté n'est qu'un mauvais moment à passer ) ils sont là comme des bornes qui jalonnent la route et qui indiquent peut être que le chemin est long et que les étapes parfois méritent une pause, une petite pause pour reprendre son souffle.gros bisous cat

Cat 16/01/2007 21:00

oui, c'est un dur apprentissage que d'apprendre à s'aimer ... je m'apprends ...J'espère être sur le bon chemin ... en tout cas j'y crois fort.Je crois qu'à défaut d'être carrièriste, ambitieuse, je suis têtue, entêtée ...je crois que je suis repartie, j'avais besoin de comprendre, c'était beaucoup et très vite ... et je ne savais plus où j'en étais, comment je devais continuer d'avancer ... bisous Kéline, bonne soirée

bunny62 16/01/2007 17:32

dans la vie il faut pas troip se poser de questions car on ne vit plus , on s'enferme et on oublie que l'on est peu de choses sur terre
il faut faire un choix , s'amuser ou psychoter
pour ma part j'ai choisi d'être un bon vivant lol
bonne soirée

Cat 16/01/2007 17:44

disons que c'est un peu plus compliqué ... il est des blessures d'enfance dont il faut se défaire pour pouvoir cicatriser et commencer à vivre ...combien de gens continuent à vivre sans se rencontrer ... eux même ..je suis une bonne vivante, mais dès que la relation à autrui entre en jeu, je me bride ...bisous

Articles Récents