Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chat de Phoebe




Les textes et les photos étant ma propriété, si vous souhaitez vous en servir, je vous remercie de m'en demander l'autorisation.



en passant ...


pour me joindre :
catherin1972@gmail.com

Un jour tu me demanderas si je préfère ma vie à toi ... je te répondrai ma vie ... et tu me quitteras sans savoir que ma vie c'est toi!

 



Prenons nos responsabilités !!!

Cliquez sur ma bannière !

 

 

Incognito rédige la gazette de nos blogs ICI


 

Le blog des Bundy en Guyane

Archives

9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 01:54
J'achète rarement ce genre de magazines, mais bon, de temps en temps ... voilà j'ai acheté Jasmin, un hebdo féminin, et j'y ai trouvé une réflexion en guise d'éditorial, qui m'a donné envie de la partager avec vous ... savoir ce que vous en pensiez ...

"De l'impudence, de l'imprudence" de Philippe Besson, auteur de Se résoudre aux adieux, édition Julliard.

"Ce n'est pas pour dire du mal, mais elle est gentille." La vraie méchanceté se dissimule souvent sous l'allure bonasse du faux compliment. La véritable cruauté s'exprime dans un sourire fabriqué ou une tirade hypocrite. On ne se lance plus d'injures au visage ni de gants sur la joue (du reste, il serait propablement stupide de mourir pour une parole caustique, surtout quand il s'agit d'un bon mot). Non, on s'agresse avec une feinte décontraction, on distille son venin dans la coupe de champagne qu'on tend à son meilleur ennemi, on use de médisance en protestant de sa bonne foi, on pratique l'amorti plutôt que le coup droit. Les hargneux sont désobligeants avec élégance. Le fiel a un goût de miel. On fait passer une malignité blessante pour de la malice innocente, comme des vessies pour des lanternes. Dans Paris, dans certaines professions, c'est un sport, une ascèse. On en viendrait presque à regretter le temps des confrontations directes, des engueulades frontales, des crêpages de chignon. Oui, si l'on y songe, ce n'était pas si mal d'énoncer sans détour et sans artifices ses quatre vérités à une personne qu'on n'appréciait guère, au risque de la perdre, ou de se prendre une giffle. Il y avait un peu de franchise, un peu de panache, un peu de courage dans ces joutes explicatives ou ces règlements de compte. Au fond, les méchants en gants blancs sont lâches . Insipides.
Et avez-vous remarquez qu'il est tout aussi difficile de dire des choses gentilles et tendres à celles et ceux qu'on aime ? On paraît encombré par la pudeur, par les codes, les habitudes. Pas question de se répandre, ou de se mettre en danger. On préfère les non-dits aux aveux enflammés, les phrases inabouties aux déballages intimes, les hésitations aux déclarations d'amour, les circonvolutions aux franches étreintes. Résultat :
on est corsetés, jamais contents, prisonniers d'un rôle. Moi, devant vous, j'ai envie de croire aux vertus de la sincérité, de la netteté, de l'aplomb.Je sais, je suis salement naïf. Limite ringard. Totalement hors sujet. Franchement ridicule. Autant vous dire : je l'assume. Mieux : je le revendique.


Merci à Philippe Besson pour ce texte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sieglind la dragonne 10/04/2007 09:42

La franchise est une vertu qui se perd, à l'avantage de la "diplomatie" de bon ton, du politiquement et socialement correct, du tiédasse quoi !Bises et c'est vrai que de dire de quelqu'un que c'est un "gentil" cela passe maintenant pour une insulte.Bises et bon début de semaine Cat

Cat 10/04/2007 12:12

non je ne trouve pas que l'hypocrisie soit de la diplomatie ...oui ... clair, quand on dit '"il est gentil" c'est rempli de sous entendu :(bisous

isis 09/04/2007 23:50

moi aussi j'ai pensé à toi ... mais toute la famille était là et pas de régate , cette année ... pff ...mais j'espère bien que ce n'est que partie remise !! débordée en ce moment ! comme d'hab ...plein de bisous !

Cat 10/04/2007 00:23

tu sais bien de toute façon que ma porte t'est ouverte ma belle isisbisous tout plein

DID 09/04/2007 17:48

Une femme qui veut nous faire croire qu'elle n'achète pas les magasines féminin.
On est pas tombé de la dernière pluie cat, tu nous prends pour des billes ou quoi lol lol lol

Cat 09/04/2007 18:17

je n'ai pas dit que je n'en achetais pas, j'ai dit rarement ... parce que cela me déprime ... ça parle toujours de la même chose ... les régimes, le sexe ... patati patata ... j'ai été lectrice de Elle, mais je me suis lassée, j'ai trouvé ça trop politiquement correcte ...et je ne sais pourquoi j'ai acheté celui là ...je suis en restriction budgétaire, donc j'évite les magazines qui m'énervent ;) j'achète le journal tv et le magazine du québec qui parait tous les deux mois ... et j'avoue des people ;) mais rarement de magazines féminins ;)

Jean-Yves 09/04/2007 12:52

Philippe Besson est régulièrement "démoli" pour ses romans.
Je joins ci-dessous pour illustrer cette entreprise qu'il dénonce dans cet article de "Jasmin", une critique parue dans le magazine TÊTU n°119 de février 2007 (signé Alexandre Rosa) :
Louise est journaliste et s'est fait larguer par Clément, l'obsessionnel homme de sa vie. Pour l'oublier, elle part faire un tour du monde qui la conduit de La Havane à Trinidad, de New York à Venise en passant par Rome, avant de débarquer à Paris - via l'Orient-Express, s'il vous plaît. Partout où Louise se rend, elle écrit à Clément des longues lettres - histoire de lui faire partager sa souffrance - qui restent, c'est le cas de le dire, lettres mortes. On comprend que Clément n'ait pas envie d'y répondre : à sa place, on ferait pareil. Louise pleurniche son malheur, drappée dans un confort bobo-international estampillé luxe. La prolixité ne réussit pas à Philippe Besson, et voici qu'il fait paraître son livre le moins convaincant depuis l'excellent En l'absence des hommes (2001).
Philippe Besson est un excellent écrivain qui sait magnifiquement se mettre dans la peau d'une femme. Son dernier roman "Se résoudre aux adieux" est vraiment à découvrir. Magnifique.
Merci, Cat, pour nous avoir fait partager cette réflexion de Philippe Besson.

Cat 09/04/2007 13:01

merci à toi de me donner l'envie de le lire :D :D :Dson éditorial m'a rappelé la phrase de mon entête il y a toujours un prix à payer pour celui qui dit ou affronte la vérité, tu sais bien que les gens n'aiment pas la vérité ... ça les renvoie à eux même ça fait peur ;)bisous jean yves

Ano 09/04/2007 09:28

Coucou Cat !
Tout ça est bien vrai !
Avec l'injustice, l'hypocrisie est sans doute ce que je déteste le plus aussi... Certes je ne suis certainement pas parfait non plus, ne serait-ce sans doute parfois que par omission...
Mais je crois en plus que la vraie méchanceté, la vraie cruauté, la vraie bêtise destructrice, émane sans aucun doute de gens qui, en plus, prennent du plaisir à le faire... Y'a pas pire que ceux à qui, en plus, ça fait frissonner les ovaires de le faire (filles ou garçons je me comprends)...
Parce qu'on peut pardonner à une personne simple qui ne le fait pas forcément pour faire mal, ou pas exprès... Mais quand c'est fait pour atteindre avec perfidie, ça s'appelle de la connerie raffinée... J'en connais quelque uns et quelque unes comme ça... Pas toi Cat ? Bisous convaincus.

Cat 09/04/2007 10:18

la société devient un vivier de bien pensants qui s'autorisent à juger alors que eux font pire ... ils balancent des petites saloperies l'air de rien et après disent mais non, je ne fais pas ça, tu te goures arrêtes d'être parano ... ce sont de pauvres gens qui sont mal dans leur tête c'est ainsibisou

Articles Récents