Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Chat de Phoebe




Les textes et les photos étant ma propriété, si vous souhaitez vous en servir, je vous remercie de m'en demander l'autorisation.



en passant ...


pour me joindre :
catherin1972@gmail.com

Un jour tu me demanderas si je préfère ma vie à toi ... je te répondrai ma vie ... et tu me quitteras sans savoir que ma vie c'est toi!

 



Prenons nos responsabilités !!!

Cliquez sur ma bannière !

 

 

Incognito rédige la gazette de nos blogs ICI


 

Le blog des Bundy en Guyane

Archives

28 juillet 2006 5 28 /07 /juillet /2006 00:40

LE SECRET DE MA MÈRE

 

Réalisatrice : Ghyslaine Côté

Scénario : Ghyslaine Côté et Martin Girard

Avec Ginette Reno et Joëlle Morin (Blanche), Céline Bonnier et Laurence Leboeuf (Jeanne), Marie-Chantal Perron et Audréane Carrier (Annie), Clémence DesRochers et Karine Pelletier (Rolande), Paule Baillargeon et Bianca Gervais (Cécile), Andrée Lachapelle et Lyne Lafontaine (Germaine), Catherine Bégin et ? (Fleurette), Guy Thauvette et David Boutin (Joseph), Benoît Girard et Danny Gilmore (ami de Jos), Frank Schorpion, Brigitte Paquette, Lise Roy

 

 

C’est le premier de l’an.  Blanche et sa fille Jeanne reçoivent parents et amis au salon funéraire où Joseph, l’ex-mari de Blanche est exposé.  Autour de la dépouille, chacun se souvient d’une partie de sa jeunesse.  Au fil des conversations, Jeanne apprendra des informations qu’elle ignorait sur ses parents.  Chaque personnage détient une partie de la vérité.  À la lumière de certains aveux, Jeanne découvrira un secret longtemps gardé.

 

Après Elles étaient cinq, Ghyslaine Côté rend hommage à sa mère en mettant en scène cinq autres femmes.  C’est très intéressant de découvrir Blanche, Rolande, Cécile, Fleurette et Germaine jeunes femmes et de voir ce qu’elles sont devenues plus de 40 ans après.   Les souvenirs permettent de nombreux retours en arrière dans les années 1950 et 1960.

 

Joëlle Morin, qui a hérité du rôle de Blanche entre 20 et 36 ans, a dû subir quelques modifications physiques : des verres de contact pour rendre les yeux verts marron, des bourrures pour la prise de poids et elle a ajusté sa voix pour qu’elle soit un peu plus grave.  Les répliques de Rolande (interprétée par nulle autre que Clémence sont très savoureuses et ont été écrites avec elle en tête).  Ginette Reno offre une prestation juste et touchante tandis que Céline Bonnier prouve une fois de plus qu’elle est faite de l’étoffe des grandes actrices.  Une très bon film…

 

Manon

Repost 0
3 juin 2006 6 03 /06 /juin /2006 01:10

Inaugurons une nouvelle rubrique ... Mon amie Manon, vivant à Montréal, est une férue de cinéma ... et comme elle m'envoie ses fiches, j'ai donc décidé de vous en faire profiter, d'autant que certains films dont elle parle ne sont pas connus en France, notamment le cinéma québécois. J'ai donc mis comme premier film, Brokeback Mountain, je vous livre son impression sur The Da Vinci Code ... Je signale que Manon a fait de brillantes études littéraires en cours du soir à l'UQAM (Université du Québec à Montréal) ...



THE DA VINCI CODE

Réalisateur : Ron Howard

Scénario : Akiva Goldsman

D’après le roman de Dan Brown

Avec Tom Hanks, Audrey Tautou, Jean Reno, Paul Bettany, Ian McKellen, Alfred Molina, Jürgen Prochnow, Jean-Yves Bertheloot, Étienne Chicot and Jean-Pierre Marielle

 

Jacques Saunière, le directeur du Louvre est assassiné mais il laisse des informations codées ayant des liens avec certaines œuvres de De Vinci.  Sophie Neveu, de la police judiciaire de Paris et la petite-fille de Saunière, comprend qu’elle doit demander l’aide de Robert Langdon, un expert en symbolisme afin de découvrir le secret que le vieil homme lui a légué.  Ensemble, ils découvrent qu’une société vieille de deux mille ans préserve ce secret qui pourrait ébranlé tout le christianisme.

 

Plusieurs journalistes ont parlé de déception par rapport au volumineux et très bien documenté roman de Dan Brown.  J’ai toujours pensé que les adaptations cinématographiques perdaient un peu au change mais c’est le prix à payer pour voir l’intrigue en images.  The Da Vinci Code ne fait pas exception à cette règle mais il reste un bon suspense très divertissant.

 

J’ai été un peu déçue de la scène finale en Écosse, qui n’était pas tout à fait explicite (du moins, pour les quelques rares n’ayant pas lu le roman).  Par contre, j’ai bien aimé les images en flash-back (tournées à Malte) expliquaient des scènes historiques racontées par Langdon ainsi que la technologie rendant possible le déplacement du personnage de Marie Madeleine dans La Cène.

 

Parlant de lui, je pense que Tom Hanks s’en tire assez bien même si j’aurais choisi un autre acteur pour incarner ce personnage.  Audrey Tautou défend de façon correcte Sophie Neveu et il en va de même de Jean Reno (Dan Brown l’avait d’ailleurs en tête quand il a créé Bézu Fache).  Je pense qu’ici, les meilleurs acteurs ont « écopé » de rôles secondaires.  Ian McKellen ajoute une note à la fois sympathique et ironique à Sir Leigh Teabing tandis que Paul Bettany, excellent acteur britannique, habite la soutane de Silas parfaitement.

 

Malgré le battage publicitaire, je ne crois pas que le dernier né de Ron Howard remporte quoi que ce soit à la prochaine cérémonie des Oscars mais il permettra à des millions de spectateurs de « voir » le roman.

 

Le Louvre a accueilli l’équipe de tournage pendant douze nuits alors que le l’abbaye de Westminster a refusé d’ouvrir ses portes.  On a donc tourné ses extérieurs mais c’est la cathédrale de Lincoln qui a servi pour ces scènes.  La chapelle Rosslyn, située dans la campagne écossaise, a servi au dénouement final.  Plusieurs s’intéressent à cette chapelle qui contient une immense crypte et qui appartient depuis cinq cents ans à la famille St. Clair.  Et si elle contenait le Saint-Graal?...

 

Manon

Repost 0
21 février 2006 2 21 /02 /février /2006 00:00

Je ne savais pas où mettre cet article, d'abord parce qu'il n'est pas de moi, ensuite parce que je n'ai pas vu ce film ... nan, je n'ai toujours pas réussi à remettre les pieds dans une salle de cinéma, qui sait un jour si on me tient la main ...

C'est mon amie Manon, qui habite Montréal, qui m'a envoyé cette fiche sur Brokeback Mountain, comme elle le fait à chaque fois qu'elle voit un film. Et moi, j'ai bien aimé, alors je partage avec vous ...



BROKEBACK MOUNTAIN

 

 

 

 

Réalisateur : Ang Lee

Scénario : Larry McMurty et Diana Ossana

 

 

 

 

D’après une nouvelle d’Annie Proulx

Avec Heath Ledger, Jake Gyllenhaal, Michelle Williams, Anne Hathaway et Randy Quaid

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1963, dans le Wyoming, Jack Twist et Ennis Del Mar sont engagés pour la saison à titre de bergers.  Pendant qu’un fera le guet, l’autre pourra se reposer.  Cela fonctionne assez bien jusqu’à ce que les deux cow-boys partagent la même tente pour se réchauffer lors d’une nuit particulièrement froide.  Le lendemain, les deux jeunes conviennent d’oublier ce moment « d’égarement » d’autant plus qu’Ennis doit se marier à l’automne et qu’il suppose que Jack fera de même au moment venu.

 

 

 

Le film raconte les liens particuliers qu’entretiendront les deux cow-boys pendant une vingtaine d’années.  Alors que Jack se verrait très bien vivre aux côtés d’Ennis, ce dernier ne peut concevoir cette étrange pulsion qui le ramène constamment à Jack.  À cette époque, Ennis ne peut accepter l’amour qu’il porte à un autre homme et refuse qu’ils soient vus en public.  D’où le drame de ces deux vies gâchées…

 

 

 

Pour ceux qui pensent qu’il s’agit d’un film de « tapettes », révisez vos positions!  Les scènes montrées ne sont en rien grossières et il ne faut surtout pas se choquer de voir les deux hommes s’embrasser.  Il faut plutôt voir la relation de Jack et d’Ennis comme une belle histoire d’amour entre deux êtres que tout sépare.  Le réalisateur a su rendre leur passion de façon magistrale tout en nuances.

 

 

 

Il ne faudra donc pas s’étonner si le film rafle plusieurs statuettes lors de la 78e cérémonie des Oscars dont celui pour le meilleur réalisateur, du meilleurs acteur (Heath Ledger) et du meilleur acteur dans un rôle de soutien (Jake Gyllenhaal).  De plus, les images magnifiques ont été tournées en Alberta : paysages grandioses.

 

 

 

Mon ami Mario (oui, oui, j’ai un ami homosexuel) voulais que j’ajoute ceci à mon commentaire : « Enfin, un film pour nous! »  En fait, je crois qu’il s’agit d’une belle histoire d’amour… pour tous!

 

Manon

Repost 0

Articles Récents