Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chat de Phoebe




Les textes et les photos étant ma propriété, si vous souhaitez vous en servir, je vous remercie de m'en demander l'autorisation.



en passant ...


pour me joindre :
catherin1972@gmail.com

Un jour tu me demanderas si je préfère ma vie à toi ... je te répondrai ma vie ... et tu me quitteras sans savoir que ma vie c'est toi!

 



Prenons nos responsabilités !!!

Cliquez sur ma bannière !

 

 

Incognito rédige la gazette de nos blogs ICI


 

Le blog des Bundy en Guyane

Archives

14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 00:55
L53267.jpg


Le livre :

Le livre commence alors que Ôta Toyotarô revient au Japon après avoir passé cinq années en Allemagne. Nous sommes à la fin du XIX° siècle. Ôta dont le père est mort, a suivi le chemin qui lui était tracé. De brillantes études l'ont conduit à intégrer de hautes fonctions dans le système japonais. Doué pour les langues, il se trouve envoyer en Allemagne afin de rédiger régulièrement des rapports sur le système occidental, tout en poursuivant des études de droits. Très vite, il se dirige vers la littérature et remet en cause le chemin pour lequel on le destine. C'est alors qu'il rencontre Elise, une jeune femme qui le touche. Les rumeurs allant bon train sur une éventuelle liaison qu'il entretiendrait avec Elise font qu'il est renvoyé de son poste. Cependant il reste en Allemagne, vivant de chroniques qu'il écrit pour un journal de Berlin. Il coule des jours heureux avec Elise jusqu'au jour où la vie s'accélère. Elise se retrouve enceinte, au moment même où l'ami de Ôta, Aizawa, lui propose un poste auprès d'un ministre. Dès lors il se retrouve de nouveau face à son destin.

Ce que j'en ai pensé :

Il s'agit ici d'une nouvelle, considérée comme un des textes fondateurs de la littérature moderne japonaise. Mori Ôgai est un des grands auteurs de l'ère Meiji. Il vécut de 1862 à 1922. Ce texte a des résonnances autobiographiques.

Il est évident que ce texte, sous l'apparente banalité du récit d'un événement recèle d'une richesse plus profonde. Il faut voir une nouvelle fois au-delà de l'histoire racontée, une sorte de nouvelle à la Maupassant lourde de sens.
Ôta, qui est à la fois le personnage central et le narrateur de cette nouvelle, commence son récit par la fin. Il revient sur sa vie, brièvement. Il revient surtour sur le fait que les cinq années écoulées lui ont fait prendre conscience que depuis l'enfance il ne faisait que se plier à ce que l'on attendait de lui, et surtout, à son retour d'Allemagne, il prend aussi pleinement conscience, que loin de la culture japonaise, il a tenté de se défaire de ce chemin tracé, mais que finalement, il ne devait pas tant le vouloir que ça, puisque se retrouvant confrontée à elle, en la personne de Aizawa, il rentre très vite dans le chemin, sans aucune résistance, et même de son plein gré dirais-je.

Et pourtant, je suppose que Ôta, toute sa vie restera hanté par le bout de vie en Allemagne, par Elise devenue folle en raison de sa lâcheté à refuser ce chemin tracé, en raison de l'enfant de lui qu'il ne connaîtra sans doute jamais, laissé là bas, en occident, loin de sa culture, de son éducation, puisqu'il a été incapable de se défaire de ce chemin tracé.

Je n'ai pas ressenti dans les mots de Mori Ôgai de regret quant à l'histoire de Ôta. Des regrets de ne pas avoir été peut-être l'acteur de sa vie, mais pas de regrets de ses actes. Je n'ai ressenti aucune culpabilité de la part de Ôta concernant la vie qu'il a brisé, même deux vies en fait (Elise et l'enfant à naître) ... et pourquoi pas trois vies (la vie de Ôta) ...

Ce récit très court est pourtant très significatif de ce que nous sommes, nous humain. Dès notre naissance, la vie, notre milieu, nos parents, notre entourage nous conditionne pour ce qu'ils pensent être bon pour nous, sans réellement tenir compte de ce que nous sommes dans notre fort-intérieur, mais tenant plus compte de leur propre désir pour nous, de leur propre ambition, et de nos compétences, mais rarement de nous, tout entier. Mori Ôgai va à l'essentiel.

PS : Merci à Dominique de m'avoir envoyée ce livre, et les autres ...

Citations :

- J'ai connu les vicissitudes de ce bas monde et j'ai découvert qu'il était non seulement bien difficile de se fier aux sentiments des autres, mais que même ceux de mon propre coeur pouvaient aisément varier. Cette sensation d'instabilité, cette versatilité qui me fait refuser aujourd'hui ce que j'acceptais hier, à qui pourrais-je donc la communiquer en la couchant sur le papier ?

- Trois années passèrent ainsi comme un rêve, mais tôt ou tard vient l'heure où l'homme ne peut plus continuer à dissimuler sa véritable nature. J'avais respecté les dernières volontés de mon père et suivi les enseignements de ma mère ; depuis le moment où, enchanté d'être encensé et traité de petit prodige, je m'étais mis à étudier sans répit, jusqu'à celui où, heureux des encouragements d'un chef ravi d'avoir obtenu un si bon élément, je m'étais plongé sans relâche dans mon travail, j'avais été une vraie mécanique, un être passif ne se connaissant pas lui-même, mais arrivé à l'âge de vingt-cinq ans, peut-être sous l'influence, déjà longue, de l'ambiance libérale de cette université, je sentais avec un malaise indéfinissable émerger peu à peu du tréfonds de mon coeur où il se dissimulait un moi authentique qui venait menacer celui que j'avais cru être jusqu'alors. C'est ainsi que je me rendis compte que ni la carrière d'un homme se lançant plein d'ambition dans l'arène politique, ni davantage celle d'un magistrat connaissant par coeur la législation et prononçant des condamnations, ne sauraient me satisfaire.

- Je dois avouer,  à ma honte, que cette réponse n'était pas le fruit d'une décision promptement prise. Non ! Simplement, lorsqu'une personne qui m'inspire entière confiance me demande soudainement quelque chose, j'ai tendance à accepter sur-le-champ, sans peser soigneusement les implications de ma réponse. Non seulement je dis oui, mais même après m'être rendu compte des difficultés de la chose, je dissimule ma première réaction irréfléchie et, les dents serrés, je m'emploi le plus souvent à aller au bout de mes engagements.

Partager cet article

Repost 0
Published by Simplement Cat - dans livres et citations
commenter cet article

commentaires

nwman 16/05/2007 20:41

Oui, l'engrenage est une sorte de famille (plutot l'inverse) qui semble nous laisser peu de choix. Pourtant on peut toujours s'en dégager. Dans cette métaphore, je suis le grain de sable, je gêne le rouage, mais je sais quel prix on paie 'encore plus ces derniers jours '  quand on suit et qu'on devient à son tout une partie de l'engrenage.On y perd sa liberté, on s'y perd, on est mort.Sort de là petit grain de sable .

Simplement Cat 16/05/2007 20:48

j'ai toujours été le grain de sable, et je ne peux me résoudre à entrer dans l'engrenage ...j'ai toujours assumé d'etre le grain de sable ... sauf qu'aujourd'hui, je le vis comme un bien fait et non plus comme une fatalité ... ne pas être un mouton, être capable de dire non ... bref je vis mieux aujourd'hui ... je suis ma route ;)bisous Nwman

Jean-Yves 15/05/2007 07:05

En lisant ton commentaire, je me demandais si les contraintes imposées par la société (rester dans une certaine ligne acceptée par la majorité), du fait de leur existence, ne permettaient pas justement d'envisager une autre voie. Sans fil directeur, sans cadre dans la société, sur quoi nous baserions nous pour faire nos choix ?PS : La couverture de ce livre est déroutante : je ne m'attendais pas au contenu que tu relates dans ton article.

Simplement Cat 15/05/2007 08:58

moi non plus, j'ignorais ce que cela allait être ... oui, mais ces mêmes contraintes sont aussi des chaines ... des chaines dont les gens parfois préfèrent la facilité de les garder plutot que d'essayer ... je t'avoue que je ne sais pas comment ils font ... c'est une chose qui me fait très peur ... j'ai l'impression que ces gens se sont résolus à accepter le moins par peur du mieux de l'inconnu ... je n'ai pas de mépris, j'ai juste peur de ça ... me résoudre à ... ça me fait peur ... j'aurais l'impression de me perdre dans se résoudre à ... et de ne plus avoir le goût de la vie si je fais ça ... bisous

honorius 14/05/2007 13:43

un très beau livre lu il y a longtemps. J'en profite pour te remercier de ta jolie missive et te donner un gros gros bisou. L'amitié réchauffe le coeur, surtout la tienne. Jacques 

Simplement Cat 14/05/2007 19:48

un gros bisous mon Jacques :0010:

Ano 14/05/2007 09:59

Excellente analyse Cat de ce texte que je connais bien, et qui montre à la fois deux choses : la complexité à travers son destin de la nature humaine, "mésirable tas de petits secrets", destin et nature humaine souvent liés à l'enfance et/ou l'éducation,et qu'un livre autobiographique ou romancé, pour être populaire doit être l'essence littéraire simple et vraie, de ce que l'on a à dire. Sans un effet de style de plus. C'est pour ça qu'il est plus facile aussi de faire des textes longs délayés, que courts et intéressants. La différence, comme pour Maupassant, s'appelle le talent. Bisous.

Simplement Cat 14/05/2007 12:45

je pense que de commencer par le retour pour revenir au commencement ... hum, c'est un effet de style ;) bisous

Articles Récents